Vaud, Genève, Neuchâtel, et maintenant le Valais, où la gauche a lancé vendredi une initiative cantonale: les propositions se multiplient en Suisse romande en vue de créer une assurance obligatoire de soins dentaires. Des démarches analogues sont entreprises à Zurich et au Tessin.

Les partisans d'une assurance obligatoire de soins dentaires estiment qu’il n’est pas acceptable qu’en Suisse, les citoyens puissent être amenés à renoncer à des soins nécessaires en raison d’une insuffisance de ressources.

Une question d’égalité dans l’accès aux soins

La couverture des soins dentaires va de soi, souligne le socialiste valaisan Gaël Bourgeois. Il y va de l’égalité dans l’accès aux soins. La vraie question devrait plutôt être de savoir pourquoi les soins dentaires ont été exclus de la couverture maladie de base.

Lire son texte ici: «Assurance obligatoire pour les soins dentaires: une question d’égalité»

Il n’est pas prouvé que l’insuffisance des ressources de certains les contraindrait à se priver des soins dentaires élémentaires, réplique Jérôme Simon-Vermot, secrétaire patronal au Centre patronal vaudois, qui combat un projet «disproportionné et dispendieux».

Contre-exemples étrangers

D’autres raisons interviennent – les barrières culturelles, linguistiques, la méconnaissance des mécanismes de recours aux aides sociales. Les exemples à l’étranger le démontrent. Et le financement d’une assurance obligatoire au niveau cantonal alourdirait encore les coûts du travail en Suisse, parmi les plus élevés du monde.

Lire son texte ici: «Une assurance dentaire cantonale obligatoire: un projet disproportionné et dispendieux»


Lire aussi: «Les Vaudois inaugureront la bataille dentaire»

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.