Une croyance populaire largement répandue veut qu’un mode de vie écologiquement sobre ne soit accessible qu’aux personnes qui en ont les moyens. Dans un même magasin, un légume bio coûte plus cher que son équivalent industriel. L’achat d’une voiture électrique coûte plus cher qu’un diesel d’occasion. Et faire construire une vila «Minergie-P» génère un surcoût de départ. Ces comparaisons sont justes, mais le fond du problème est ailleurs.

Lire aussi: Loi CO2: «La moralité ne fait pas le poids à côté d’arguments plus pragmatiques»