Les craintes du coronavirus ont mis le fédéralisme helvétique en suspens. Pourtant, il a toujours été un facteur essentiel et central dans le succès suisse. Est-ce que le fédéralisme serait un désavantage dans la crise actuelle ou lors d’une deuxième vague?

Le fédéralisme a de nombreux avantages, aussi et surtout, en temps de crise: face à l’hétérogénéité des situations cantonales, le fédéralisme permet plus de flexibilité et d’adéquation dans les mesures. Dans un contexte aussi incertain, adopter une seule stratégie comporte beaucoup de risques – surtout si cette dernière est inadaptée – car elle pourrait avoir de graves conséquences. De plus, accepter des mesures différentes permet notamment la comparaison de leurs efficacités dans des cadres similaires. Cette possibilité de comparaison pousserait également les autorités à répondre de manière adaptée.