«Femmes, vie, liberté.» C’est dans cet ordre que les manifestants, qui se révoltent depuis près d’une semaine dans les rues de Téhéran et des autres villes iraniennes, alignent leurs revendications. Ce sont bien les femmes qui se trouvent au front de la contestation, même si les hommes (jeunes pour la plupart) se sont significativement placés aux côtés d’elles. En somme, disent-ils courageusement, leur vie et leur liberté dépendent aussi de l’avenir que l’on réservera à leurs sœurs, à leur épouse ou à leur mère. Ils sont prêts à mourir dans le combat.