Du bout du lac

Pour en finir avec le BHL «bashing»

OPINION. Laissons parler Bernard-Henri Lévy! Notre chroniqueur ne voit rien qui justifie de lui refuser voix au chapitre

La première fois, c’était en 2015. Au lendemain des attentats de Paris, j’interviewe Bernard-Henri Lévy pour ce journal. Quelle riposte contre Daech en Syrie? Six questions au vol, publiées à 18h10 sur le site internet. Très vite, l’eau monte. Quelques questions pertinentes noyées dans un torrent de boue. Sur le fond, rien; sur l’homme, feu libre. De la haine explicite, hargneuse, antisémite, organisée, déchaînée. BHL… Comment avions-nous osé?


Ce que nous avions «osé», précisément: Bernard-Henri Lévy: «Ne pas frapper Daech, c’est s’exposer à des années d’enfer» (16.11.2015)


Et puis la semaine passée, rebelote. BHL était l’invité d’Infrarouge, pour parler désenchantement européen. Un débat d’actualité autour du philosophe, parti en croisade théâtrale pour l’idée d’Europe en péril, Erasme en bandoulière. Cette fois, des milliers de réactions, de tweets, d’e-mails. Toujours quelques interrogations étayées, mais cette fois à la surface d’un fleuve de venin, gonflé à bloc. Le delta du fiel.

Ici ou là, j’ai reçu ou interviewé des méchants, des menteurs, des voleurs, des fous, des intégristes, des extrémistes et des incapables. Jamais, je n’ai vu le début du commencement de ce déchaînement d’hybris. Avec, en toile de fond, l’entreprise minutieuse de démolition du philosophe, estampillée work in progress par Le Monde diplomatique, et le spectre des entarteurs. Il faudrait faire taire BHL, coûte que coûte. Voici quelques éléments susceptibles d’extraire le débat d’une dialectique pâtissière devenue rance:

BHL est l’intellectuel parisien. Pharisien, corrigeront les plus intelligents de la classe, en rappelant qu’il est issu de la cuisse de Derrida, c’est-à-dire de pas grand-chose. Il est fat, narcissique et pédant. Il est «un peu sourd à la question sociale» (sic), son Europe jouit davantage entre les draps de soie du Cipriani qu’elle ne déchante sur les ronds-points de la Creuse. BHL est riche, c’est vrai. Juif aussi, libéral, atlantiste et bien habillé en toutes circonstances. Y compris celles où l’élégance imposerait d’enfiler un chandail moins rive gauche.

«Le point Godwin un peu facile»

BHL choisit des causes et se met en scène. Il prend la parole. Et on la lui donne, du New Yorker au Spiegel en passant par El País. Il désigne, il condamne, il encense. Bien au-delà des frontières du débat français. Il se trompe parfois. Ou souvent, peu importe. Il est à l’origine d’une guerre en Libye, peut-être. Il pèse, a minima.

BHL a le point Godwin un peu facile, enfin. Celui qui n’est pas avec lui est rapidement brun ou rouge. Il balaie les «extrêmes» d’un même geste méprisant. A droite, c’est accueilli sans gravité. A gauche, ça ne passe pas. On le déteste d’aimer Camus quand il lit Sartre. Le salaud.

J’ai beau relire tout ce qui précède, je ne vois rien qui justifie de lui refuser voix au chapitre. Laissons parler Bernard-Henri Lévy.


Chronique précédente

Deux côtes cassées et la Rencontre du Quatrième Age

Publicité