Nouvelles frontières

Pour en finir (bientôt) avec l’OTAN

OPINION. L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord ne cesse de s’agrandir. Mais, 70 ans après sa création, répond-elle encore aux besoins des Européens? s’interroge notre chroniqueur Frédéric Koller

Depuis l’effondrement européen consécutif à la Seconde Guerre mondiale, le continent sous-traite sa sécurité aux Etats-Unis. Ce fut d’abord sa partie ouest et sud, jusqu’à la Turquie, puis, après la chute du bloc soviétique, sa partie est. L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), bras armé de l’Occident, fêtait cette semaine son 70e anniversaire à Washington. Constat: elle ne cesse de s’étendre. Après l’adhésion du Monténégro en 2017, la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine pourraient bientôt compléter le tableau.

Lire aussi: A l’OTAN, les doutes d’une alliance septuagénaire