Ce qui se passe à Washington est effroyable et s'apparente à de la pure folie. L'attaque du Capitole qui s'est déroulée mercredi dans la capitale américaine, avec des militants pro-Trump qui ont pris le bâtiment d'assaut et plongé la capitale dans le chaos, en provoquant un premier décès par balle, a un seul responsable: Donald Trump. Aux abois, le président, a, par sa rhétorique incendiaire, son incapacité à reconnaître sa défaite, galvanisé ses militants les plus virulents, parmi lesquels des adeptes de thèses conspirationnistes.

Notre suivi en continuChaos à Washington: Joe Biden dénonce une «agression sans précédent» contre la démocratie

Il les a nourris de haine, alimentés de contre-vérités, puis, en Néron des temps modernes, s'est posé en simple spectateur de sa folie destructrice, avec un dernier discours à la tonalité agressive, comme une mèche qui allume une bombe. Comment continuer à nier qu'il représente un danger pour la démocratie? Comment ne pas se rendre compte que le maintenir au pouvoir serait criminel? Donald Trump, s'il avait encore la moindre conscience de ses responsabilités présidentielles, aurait dû rapidement s'adresser à la nation pour appeler ses militants à quitter les lieux. Il ne l'a fait qu'à moitié, continuant à parler de «scrutin volé». C'est d'une gravité sans précédent, et laisse augurer le pire pour ses derniers jours au pouvoir. 

La journée de mercredi avait déjà donné lieu à spectacle pitoyable, un cirque politique indigne: Donald Trump a fait pression sur son vice-président pour qu'il ne valide pas la victoire de Joe Biden, pourtant confirmée par le Collège électoral. Mike Pence a résisté et a même dû se fendre d'un communiqué pour confirmer qu'il respecterait la Constitution. Mitch McConnell, jusqu'ici leader de la majorité républicaine au Sénat, pourtant proche de Donald Trump, a de son côté averti: la démocratie américaine entrerait «dans une spirale mortelle» si l'élection était invalidée sur la base de simples allégations des perdants.

Malgré cela, des élus républicains, davantage préoccupés par leur survie politique que par le bien pour leur pays, ont déployé leurs capacités d'obstruction. Au même moment, des manifestants, déterminés à maintenir Donald Trump au pouvoir, étaient en train de forcer les barrages de sécurité.

L'héritage de Donald Trump se résume à avoir divisé encore plus une nation polarisée, en poussant à des actes insurrectionnels. Les cicatrices de ce 6 janvier 2021 seront profondes, durables. Grâce à la double élection sénatoriale en Géorgie qui s'est soldée par la victoire des deux candidats de son parti, Joe Biden peut désormais compter sur deux Chambres à majorité démocrate. Mais il va devoir très vite s'atteler à une tâche qui paraît aujourd'hui impossible: réconcilier deux camps que tout semble séparer. Tristes Amériques. 

Lire aussi tous nos derniers articles sur les Etats-Unis

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.