Evidemment, Artgenève est une foire, et comme telle, elle fait la part belle au marché de l’art. Celui-ci se porte bien. Trop bien aux yeux de certains directeurs de musée, comme celui de l’Albertina à Vienne, qui a récemment sonné l’alarme. Ils craignent, face à la flambée continue du prix des objets d’art mais aussi des assurances et des transports, de voir leur champ d’action se rétrécir considérablement en matière de grandes expositions.

L’œuvre d’art, c’est vrai, ne connaît pas la crise. Thomas Hug, le directeur d’Artgenève, avance une explication: «Le statut de l’objet artistique est au-delà du luxe, dit-il. Non seulement c’est un objet, le plus souvent unique, mais c’est aussi une réflexion. C’est dans l’art, plus qu’ailleurs, que ceux qui veulent et qui peuvent acquérir quelque chose de véritablement exceptionnel le trouvent.»

Notre interview du directeur: Thomas Hug, à la tête d'Artgenève: «C'est un miroir de tout ce qui se crée»

Pour autant, acquérir cet «au-delà du luxe» n’est pas réservé qu’à ceux qui disposent d’un budget sans fond, assure Thomas Hug. A Genève, des amateurs modestes peuvent aussi parfois repartir avec un coup de cœur. Acheter donc semble être possible.

Mais regarder, voilà ce qui compte avant tout! Car celui ou celle qui s’en va visiter Artgenève, s’il n’est pas toujours en mesure d’obtenir ce qu’il voit, reste libre de son regard, de sa curiosité, de ses enthousiasmes et de ses réserves. La richesse du lieu, la richesse du visiteur, c’est celle d’innombrables propositions: celles des galeries, mais aussi celles des écoles, des musées, des curateurs, des éditeurs. Toutes et tous invitent à des voyages colorés ou sombres, rigoureux, fous ou neufs, séduisants ou intrigants, espace après espace, selon les artistes exposés.

L’œuvre nous parle parce qu’elle est présente, en face de nous, dans sa matérialité, dans la surprise ou la reconnaissance qu’elle provoque. Elle nous invite sans cesse ailleurs, nous déplace, nous attire ou nous repousse. Elle nous tend des miroirs. Et ce que nous pouvons à coup sûr remporter chez nous, ce sont des expériences, des sensations, une ouverture plus grande au monde, de la joie peut-être, de la connaissance et des questions et, à coup sûr, des émotions.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.