Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

La formule 1 aux prises avec l'Europe

Bernie Ecclestone a réussi un tour de force. Il a transformé la formule un en un monde clos qui se donne en spectacle devant des centaines de millions de téléspectateurs. Le plus étrange n'est pas son exercice exclusif du pouvoir mais l'assiduité d'un public fidèle au poste pour voir défiler des bijoux technologiques sur écran. Le charme fantasque d'un Jacques Villeneuve ne réussit pourtant pas à rendre aux Grands Prix la passion des temps héroïques. Les changements de règlements, les trouvailles technologiques des écuries pour biaiser avec eux, le jeu des rumeurs et l'énormité des budgets sont plus étonnants que le défilé des voitures sur les toboggans cathodiques.

Mais les chiffres sont là. On est des centaines de millions à regarder la F1 plus de quinze dimanches par saison. Souvent déçus par la course, ou encore dégoûtés par les manœuvres douteuses. Mais on y revient. La vitesse, l'audace, les jolies filles et les jolis garçons, les stratèges, le bruit, l'odeur, la télévision n'en donne pas grand-chose; mais le mythe est plus fort. La F1 est un jeu de rôle dans un monde irréel. Bernie Ecclestone l'a parfaitement compris et il campe sur l'audimat.

Mais l'ogre européen menace de rappeler tout le monde à la réalité. La Commission de la concurrence se penche avec attention la gestion de la F1. Elle demande des comptes à Bernie Ecclestone et au président de la Fédération Internationale de l'Automobile. L'application des règles européennes a déjà modifié l'économie du football. La libre circulation des joueurs a eu pour effet pervers de permettre aux grosses équipes d'engager une majorité de vedettes venues de l'étranger. Elles pourraient détruire l'édifice de la F1. Pour le meilleur, ou pour le pire. A moins que l'astucieux Bernie, trouve une fois de plus une botte secrète pour contourner l'obstacle de la règle commune.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)