Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Capture d’écran de la vidéo d’Adam Saleh «I sent myself to another country!!». Sous-entendu: enfermé dans une valise…
© YouTube.com

Revue de presse

Fort soupçon de canular après qu’un YouTubeur a été débarqué d’un vol pour avoir parlé arabe

Emblématique des «fake news», l’histoire sent la provocation. D’ailleurs, Adam Saleh, une star sur le réseau de partage de vidéos, n’en est pas à son premier coup d’essai. Delta Air Lines conteste sa version des faits

Un New-Yorkais d’origine yéménite, comme par hasard très suivi sur YouTube (plus de 300 000 résultats de recherche), a été débarqué mercredi d’un vol Delta au départ de Londres. Au motif, selon lui, que des passagers étaient incommodés par sa conversation téléphonique en arabe avec sa mère. Les faits sont contestés par la compagnie, qui évoque une simple volonté de perturber de la part du passager.

Suivi par plus de 2,2 millions de personnes sur la plateforme vidéo, le jeune homme de 23 ans s’est filmé juste avant qu’il ne quitte l’appareil, encore au sol, qui devait relier Londres à New York, et a ensuite diffusé la vidéo sur sa page Facebook et sur son compte Twitter:

Mais comment cela s’est-il passé? Adam Saleh était en compagnie de son ami et complice sur YouTube Slim Albaher, qui a également été prié de quitter l’appareil. «Nous avons parlé une langue différente dans l’avion et on nous met dehors», lance-t-il alors à voix haute à plusieurs reprises – «Because we spoke a different language». Autour de lui, sur cette vidéo qui sent la simulation à plein nez, plusieurs passagers semblent désapprouver le débarquement. Au fond de l’appareil, à l’endroit où le jeune était visiblement assis initialement, plusieurs personnes lui font signe de la main en disant «au revoir».

Appel au boycott

«Vous êtes racistes», leur répond ce comique par ailleurs connu pour ne pas être le meilleur ami des «Negros». «Je parle une autre langue et vous dites que vous êtes incommodés! Je n’en crois pas mes yeux. Nous parlons une autre langue et maintenant, c’est six Blancs contre nous, les barbus. C’est moi qui suis incommodé.» Ce jeudi matin, la vidéo a été retweetée quelque 750 000 fois, et Adam Saleh a également lancé, en guise de représailles, le mot-clé #BoycottDelta, qui fait un carton sur le réseau du petit oiseau bleu, détournements compris:

Le moins que l’on puisse dire est qu’il y a quelque chose de vraiment dérangeant dans cette histoire largement reprise – même sans l’expression d’un seul doute, par un site aussi sérieux que ceux de la BBC ou même d’Al-Jazira. Une histoire qui sent le coup monté, un de ces canulars dont Adam Saleh a le secret… Le Guardian a d’ailleurs dû reprendre une première version de son article consacré au sujet après qu’il se fut aperçu de quelque chose qui «clochait» dans cette mise en scène si maladroite où tout «sonne faux».

Un test des filtres?

Le fait divers a aussi été publié avec force détails par BuzzFeed News, ce qui n’est pas forcément un bon signe. Test des mesures de sécurité? Pure provocation? Après un premier communiqué évoquant un «dérangement dans la cabine», Delta Air Lines a indiqué, dans un second communiqué, avoir interrogé les membres d’équipage ainsi que plusieurs passagers à leur arrivée à New York. Et Reddit a publié également une autre vidéo sur YouTube, où un spécialiste du décryptage des «fake news» explique clairement comment fonctionne le phénomène tant critiqué ces derniers mois durant la campagne de Donald Trump et après son élection:

Sur les réseaux sociaux – dans la foulée de CBS News et du Sun britannique – beaucoup d’internautes «expriment des doutes quant à l’authenticité du témoignage», relève d’ailleurs le site Mashable/France 24. Et Delta confirme qu’Adam Saleh, «selon les médias, est un spécialiste du canular qui a été filmé et encouragé par son acolyte». «Spécialiste», ça veut aussi dire habitué des vidéo-gags «tournés dans les avions sur le thème des Arabes». Du genre «Ce que les Arabes font dans les avions», «Parler arabe dans un avion», «Expérience de compte à rebours en arabe dans un avion», etc. Autant de chefs-d’œuvre grassement filmés qu’on retrouve sur sa page YouTube:

Autre signe qui devrait alerter tout le monde: le YouTubeur, qui utilise aussi Instagram et son site internet pour vanter ses «exploits», avait déjà agité le Web américain le 13 décembre dernier en publiant une vidéo dans laquelle il racontait être parvenu à entrer dans un avion… caché dans une valise. L’histoire avait finalement été démentie par la compagnie aérienne australienne Tigerair:

«Sur la foi des informations recueillies», il apparaît donc naturellement que les deux hommes débarqués «ont cherché à perturber la cabine en adoptant une attitude provocante, notamment en criant», a indiqué la compagnie américaine. Un comportement qui n’est à vrai dire bienvenu dans aucune compagnie aérienne. Les «priorités» de Delta Air Lines sont bien entendu «la sécurité et le confort des passagers et des employés», dit-elle. Or «il est clair que ces individus ont cherché» à les «violer». Elle ne mentionne par ailleurs pas la conversation en arabe et ne répond pas à ce sujet aux questions posées par l’AFP, ce qui indique que cet aspect de l’histoire ne serait pas particulièrement pertinent.

Adam Saleh a été nommé en 2014 aux Shorty Awards, qui récompensent le meilleur des réseaux sociaux, en raison de son statut de star de YouTube, qui publie notamment beaucoup de vidéos de blagues, de caméras cachées et autres canulars.

«Oui, nous faisons des blagues, et cela peut rappeler le garçon qui criait au loup, mais aujourd’hui, vous pouvez voir que tout était vrai», a finalement répliqué Adam Saleh dans un message publié mercredi soir sur Twitter, selon l’AFP. Il a mystérieusement disparu depuis lors.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)