Les révélations sur le foyer de Mancy sont sordides et suscitent à juste titre une vive émotion. Des enfants, souffrant de lourdes pathologies, victimes de privation de nourriture, d’enfermements, de coups donnés par des collaborateurs et ceci au sein d’une entité rattachée à l’Office médico-pédagogique (OMP) qui dépend du Département de l’instruction publique (DIP). Les récits sont glaçants et nous renvoient aux images des orphelinats roumains à la chute du Rideau de fer. Il est temps de se poser la question de la responsabilité personnelle et politique des uns et des autres dans ce drame humain qui a touché des enfants et leurs familles.