Hexagone Express

Les Français, entre libération sexuelle et radicalisation

OPINION. Deux études passionnantes décrivent bien les contradictions de la société française, et la difficulté d’y répondre. Janine Mossuz-Lavau publie une somme sur la sexualité de ses compatriotes. Hakim El Karoui décortique la «fabrique de l’islamisme». Allô, docteur?

Parions que de nombreux lecteurs et lectrices préféreront se plonger dans le livre de Janine Mossuz-Lavau. Dans La vie sexuelle en France, la sociologue, directrice de recherche au CNRS, nous invite dans les alcôves et sous les draps de notre grand voisin. Conclusion: la libération sexuelle à la française apparaît presque achevée. Dix-sept ans après sa première enquête sur le sujet, l’auteure nous explique que la vie amoureuse rime grosso modo aujourd’hui en France avec liberté. Le changement déterminant est le fait que les Françaises exigent. Le plaisir féminin est à l’agenda. Merci de les écouter avant de passer à l’acte.

«La nouveauté, c’est la remise en cause de la prééminence de la pénétration», a savamment répondu au Monde Janine Mossuz-Lavau. Ses interlocutrices, précise-t-elle, lui ont «toutes dit que le plaisir maximal est celui du cunnilingus». Au pays du «French kiss» et de la «pipe», cette révolution est d’importance.

Assortie d’une autre: le refus des catégories. «Les Français disent: je ne suis pas bi, pas homo, pas lesbienne. J’aime des personnes. Cela peut être un homme ou une femme», poursuit-elle. On voit déjà les auteurs de théâtre de boulevard s’inspirer des pages de son livre et en déduire d’hilarantes comédies. La France et le sexe, pour résumer, c’est: le plaisir d’abord, le reste après…

Une France écartelée

Difficile, si vous faites les choses dans cet ordre, de passer ensuite à La fabrique de l’islamisme, le rapport de l’Institut Montaigne signé Hakim El Karoui. Car là, c’est une tout autre France qui se dessine. Le document ne parle pas que de l’Hexagone et de ses cinq à six millions de musulmans. Il compte une partie historique consacrée, entre autres, à l’implantation des Frères musulmans dans les banlieues, puis à leur remplacement progressif par les imams du courant salafiste. Qu’apprend-on ici? Que l’islamisme radical se nourrit largement de la liberté citée plus haut, ou plutôt de son rejet.

Cette liberté est honnie par les salafistes. Elle fait peur aux fidèles souvent déboussolés. Les questions posées aux prêcheurs dans les forums spécialisés sur internet relèvent, note l’auteur, «presque toujours de la vie quotidienne: sexe, couple, tenue vestimentaire…». Résumons. D’un côté, l’internet abreuve les jeunes Français d’images pornographiques dont Janine Mossuz-Lavau relativise l’impact, estimant «qu’il ne faut pas en faire une montagne». De l’autre, le web musulman francophone distille son idéologie rigoriste mondialisée. Vous avez dit contradiction?

La libération sexuelle se poursuit alors que la radicalisation islamique et religieuse grandit

Je trouve pour ma part très pertinent de lire ces deux rapports en parallèle. Ils sont d’ailleurs, coïncidence frappante, sortis presque en même temps. Car ils parlent tous deux d’une même France écartelée.

Le «Rastignac» de l’islam

Il n’y a pas de vérité française. Il y a des vérités contradictoires qui se côtoient. La libération sexuelle se poursuit alors que la radicalisation islamique et religieuse grandit. C’est passionnant, troublant et inquiétant à la fois. S’ajoute à cela la personnalité de Hakim El Karoui, présenté par ses adversaires comme un «Rastignac» de l’islam qui ne parle pas très bien arabe et qui, avant de disséquer l’islamisme, prodigua semble-t-il des conseils à l’ancien dictateur tunisien Ben Ali.

Des femmes françaises libérées qui revendiquent leur plaisir et le disent. Des imams et des musulmans français radicalisés qui s’engouffrent dans les failles psychologiques d’une société mal à l’aise avec son multiculturalisme. Une sociologue reconnue pour ses travaux universitaires. Un «intellectuel professionnel» désireux de se frayer une place au sommet du pouvoir. Entre sexualité et radicalisation, ce portrait croisé de la France sonne au final terriblement juste.

Publicité