Mais où sont les artistes en cette fin de campagne présidentielle? Sans surprise, ils ont été nombreux au premier tour à appeler à voter Mélenchon – le cœur culturel bat partout à gauche, et en France plus qu’ailleurs. En revanche, ce qui frappe aujourd’hui, c’est l’impact assourdi du soutien porté à Emmanuel Macron avant le choix décisif. Les tribunes et les signatures n’ont pourtant pas manqué pour appeler à la mobilisation contre Marine Le Pen: une centaine de responsables culturels dans Libération, 500 artistes dans Le Parisien, de Charlotte Gainsbourg à Black M, Fabrice Luchini ou Yannick Noah. Mais si ceux-ci appellent à un vote «sans hésitation et sans trembler» en faveur du candidat-président, ils soulignent aussitôt qu’il s’agit d’un choix «sans illusions», prenant soin de citer les «divergences, oppositions, désaccords profonds, déceptions, colères et rages» que leur a inspirées le quinquennat Macron. On a connu soutien plus enthousiaste…