Au-delà des tensions des premiers jours, lorsque chaque Etat, dans l’urgence, a pris ses propres mesures nationales, nous avons vu se manifester entre la France, l’Allemagne et la Suisse des solidarités admirables et une intelligence collective qui se renforce chaque semaine. La plus belle illustration de cette solidarité, c’est sans doute la réponse collective des hôpitaux de nos trois pays à l’urgence sanitaire dans la région du Grand Est. Début avril, les hôpitaux et les cantons suisses, les hôpitaux et les länder allemands et ceux de toute la France sont venus appuyer leurs collègues du Grand Est.

Il y a eu également, de façon très concrète, des actions essentielles entre nous pour assurer notre capacité à répondre à la crise sanitaire et à soutenir nos économies et ceux qui les font fonctionner. Dès le 18 mars, les ministres du Travail et des Affaires européennes de nos trois pays, avec leurs collègues du Luxembourg et de la Belgique, s’entendaient sur des mesures qui allaient permettre aux travailleurs frontaliers dont l’activité devait se poursuivre – notamment ceux de la santé – de continuer à circuler par-delà les frontières et leur assurer, si cela n’était pas possible, le bénéfice du système du chômage partiel.

Lire aussi: L’Allemagne s’interroge sur le rythme de son déconfinement

La réouverture du «Dreiländereck»

Nous avons ainsi donné la possibilité à toutes nos entreprises, demain, de repartir et de reprendre leur activité, le plus vite possible. L’Union européenne a pris sa part en associant la Suisse au bénéfice du système de sécurisation des exportations de matériel de protection de la santé et en la faisant bénéficier des lignes vertes assurant le transport et le passage en douane des marchandises indispensables. Enfin, n’oublions pas que jusqu’à 75% des vols de rapatriement de citoyens européens et associés dans le monde, dont un certain nombre de ressortissants suisses, ont été réalisés grâce à des fonds européens. Ces vols auront concerné 40 000 passagers.

Le séisme que nous vivons va bousculer certains présupposés qui entravaient, depuis trente ans, notre chemin commun

Rappelons-nous que, après que la France et d’autres pays ont aidé des ressortissants suisses à revenir du Hubei au mois de janvier, des vols suisses ont ramené des Français et des Allemands du Pérou, du Congo ou du Kosovo. Des vols allemands et français ont contribué à faire revenir des Français ou des Suisses de Djibouti, d’Argentine ou d’Egypte.

Notre éditorial: Reconstruire et financer ensemble l’Europe post-Covid-19

Dans quelques semaines, il va falloir réussir le redémarrage de la vie économique. Pour nos régions frontalières, cette réussite va se jouer sur la réouverture coordonnée des frontières. Le Dreiländereck entre l’Allemagne, la France et la Suisse, ce ne sont pas trois morceaux de pays distincts: c’est un véritable bassin de vie commun.

Identité commune

Cette période extraordinaire nous rappelle aussi qu’au-delà de nos différences nous sommes tous des Européens. La réponse européenne à cette crise, n’en déplaise à ceux qui la critiquent, est sans précédent. Jamais l’Union n’avait mobilisé des fonds aussi gigantesques en quelques semaines seulement. Jamais les Etats membres n’avaient à ce point accepté d’aller au-delà de leurs habitudes. Jamais non plus nous n’avions senti aussi vivement l’importance de nos valeurs communes, en particulier le respect de la liberté individuelle et de l’Etat de droit. La France et l’Allemagne se retrouvent ici avec nos amis suisses dans la conviction que l’urgence ne peut en aucun cas justifier le renoncement aux libertés qui ont assuré notre identité démocratique.

Lire aussi: Coronavirus: en France, un labyrinthe de milliards

Qu’en sera-t-il de notre relation demain? Chacun, bien sûr, restera lui-même; mais le séisme que nous vivons va bousculer certains présupposés qui entravaient, depuis trente ans, notre chemin commun. Jusqu’à cet hiver, l’alpha et l’oméga de nos relations, c’était le choix de 1992: le postulat que nous n’avions pas de vision partagée de notre avenir. Ce mantra vient de s’enfoncer dans le passé, comme la division de notre continent s’est enfoncée dans le passé entre 1989 et 1991. Du jour au lendemain, il n’y a plus aucune différence, dans nos esprits, entre la Suisse et les Etats membres de l’Union: notre communauté de destin s’est imposée comme une évidence.