Comme 20 millions de téléspectateurs français, j’ai écouté mercredi l’intervention d’Emmanuel Macron qui annonçait ses mesures face à la nouvelle flambée du covid. Cette fois-ci, il a évité la métaphore guerrière utilisée en mars pour justifier un strict confinement à ses concitoyens durant plusieurs semaines. Pour faire respecter le couvre-feu dans neuf métropoles, il en appelle à la raison de ses habitants.

Lire aussi: La France est donc en guerre