Sauvetage

En France, Spiderman est un Malien sans papiers

Un jeune homme a sauvé la vie d’un enfant suspendu dans le vide. Un geste héroïque que l’ensemble de la classe politique s’est empressé de saluer. Emmanuel Macron a promis qu’il serait régularisé. Symbole fort ou hypocrisie?

Il se hisse de balcon en balcon à la seule force de ses bras. En une poignée de secondes, il atteint le quatrième étage d’un immeuble pour sauver un enfant de 4 ans suspendu dans le vide. La scène n’est pas tirée d’un film de superhéros, elle s’est déroulée samedi soir en plein cœur de Paris. Cet acte de bravoure a été visionné plus de 4 millions de fois sur les réseaux sociaux, et a suscité un torrent de réactions positives.

La maire de la capitale française, Anne Hidalgo, a rapidement tenu à connaître l’identité du sauveteur. Il s’agit de Mamoudou Gassama, un sans-papiers originaire du Mali. «J’ai eu peur quand j’ai sauvé l’enfant et puis on est allés dans le salon, je me suis mis à trembler, je n’arrivais plus à tenir sur mes pieds, j’ai dû m’asseoir», a-t-il raconté à la presse, visiblement ému.

Geste présidentiel

L’Elysée a eu vent de cette belle histoire, au point que le président lui-même a reçu ce lundi le jeune homme de 22 ans. Ce dernier a obtenu deux promesses d’Emmanuel Macron: il sera régularisé «dans les plus brefs délais» et pourra intégrer la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Il a également reçu une médaille d’or pour acte de courage et de dévouement, ainsi qu’un certificat signé par le préfet de police de Paris.

Ce geste présidentiel était demandé par bon nombre d’associations et d’élus. Selon SOS Racisme, «Mamoudou Gassama nous rappelle utilement que les personnes en situation irrégulière sont des êtres humains, avec […] l’immense courage dont beaucoup ont fait preuve dans leur périlleux voyage vers l’Europe. Un courage qu’ils continuent souvent de manifester ici.»

Hystérie générale

En quelques jours, le jeune homme est passé du statut d’inconnu dans une situation précaire à héros salué par toute une nation. Une hystérie générale gagne le pays. Chacun y va de sa petite phrase. Surnommé «Spiderman», le jeune Malien a par exemple eu droit aux félicitations d’Alain Robert, le spécialiste de l’escalade de gratte-ciel. Même si ce dernier relativise son exploit, raconte le Huffington Post. Contacté par le site d’information, le porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris s’est également enflammé: «Par son geste accompli récemment, il est déjà l’un des nôtres.» Pour prendre la mesure de cette déclaration, il faut avoir en tête qu’il est particulièrement difficile d’intégrer l’élite française des soldats du feu.

Sur les réseaux sociaux, on s’interroge. Le gouvernement français fait-il preuve d’hypocrisie en saluant l’acte de Mamoudou Gassama?

L’ensemble de la classe politique s’est naturellement emparé du sujet. Eric Ciotti, député Les Républicains d’habitude fermement opposé à l’accueil des migrants, s’est dit «favorable» à sa régularisation. Il regrette toutefois «qu’il y ait une exploitation politique» de l’événement, a-t-il précisé lundi matin sur France Inter. Même le Front national est d’accord, à condition que la France expulse bien les autres.

Hypocrisie

Le symbole est fort dans un pays qui rechigne à accueillir les réfugiés. La politique de fermeté du gouvernement a été dénoncée à maintes reprises par la gauche, et vivement critiquée dans un éditorial du Monde. «L’expulsion prend le pas sur l’accueil, quitte à ternir l’image de la France», écrivait en décembre le quotidien du soir. Vendredi dernier, l’Etat a de nouveau procédé à un démantèlement de camp de migrants à Calais, dans le nord du pays.

Sur les réseaux sociaux, on s’interroge. Le gouvernement français fait-il preuve d’hypocrisie en saluant l’acte de Mamoudou Gassama? Le chroniqueur et philosophe, Raphaël Enthoven, critique sur Twitter le message des autorités: «Si on suspend la régularisation à l’exploit, que faisons-nous des migrants qui ne sont pas des héros?»

Certains internautes s’en prennent violemment à Emmanuel Macron. «Il va profiter de la situation alors qu’il traite les sans-papiers comme des animaux depuis le début de son mandat… Quelle honte!» tweete @ImLiving4Love. Un point passe presque inaperçu dans cette histoire: comment l’enfant s’est-il retrouvé accroché au balcon? Selon les premiers éléments de l’enquête, les parents étaient absents au moment des faits. Le père comparaîtra en septembre devant le Tribunal correctionnel pour avoir laissé son enfant sans surveillance.

Publicité