Là, on ne va pas être neutre. La guerre qui depuis deux mois balafre l’Europe en Ukraine ne peut pas finir sans vainqueur ni vaincu. Ne doit pas. Il faut que Vladimir Poutine connaisse le goût amer de la défaite. Sinon, ce sera la nôtre.