Alors que tout récemment, en France, le président Macron était assimilé au plénipotentiaire Louis XVI par les «gilets jaunes» défilant à Paris et qu’en Russie, la Nezavissimaia Gazeta se demandait s’il était «capable de devenir le nouveau de Gaulle», voici qu’arrive en résonance historique sur nos écrans le film De Gaulle, de Gabriel Le Bomin, avec Lambert Wilson dans le rôle-titre, pour offrir en quelque sorte une leçon de modestie au locataire actuel de l’Elysée. Car voilà une nouvelle occasion pour la France de se confronter à son passé et à ses incontournables figures hiératiques.

Lire aussi: «De Gaulle»: grand général, bon père