Une vague de solidarité submerge l’Europe. Y compris la Suisse qui a pris sa part, modeste en comparaison avec les voisins directs de l’Ukraine. A l’exception de l’UDC, qui préfère comme toujours voir les réfugiés ailleurs, tout le pays se mobilise. Les initiatives locales ou nationales se multiplient pour les collectes de dons, les convois humanitaires, l’hébergement chez l’habitant. Pour la première fois, le Conseil fédéral a décidé d’accorder aux réfugiés ukrainiens le statut de protection S qui leur accorde un droit de séjour durant un an, renouvelable, sans formalités administratives.