Hexagone Express

Gérard Larcher ou l’Helmut Kohl français

OPINION. Le président du Sénat est devenu l’opposant en chef à Emmanuel Macron pour le camp conservateur. Une opposition où son style, tout en rondeurs et en lien avec les territoires, cache une approche de la politique proche de celle qui, en Allemagne, fit jadis le succès d’Helmut Kohl

La comparaison est flatteuse. Helmut Kohl, tout le monde le sait, fut pendant seize ans (1982-1998) un «grand» chancelier allemand chrétien-démocrate, que sa gestion de la réunification de 1989-1990 propulsa dans les livres d’histoire. Prendre appui sur la silhouette du colosse de Ludwigshafen (sa ville de Rhénanie-Palatinat où il mourut le 16 juin 2017) pour décrire la personnalité et la posture politique de Gérard Larcher, le président du Sénat français bientôt septuagénaire, mérite donc de sacrées précautions.

Roi de la carte électorale

Rien, pour l’heure, ne permet de dire que le sénateur des Yvelines qui préside l’institution du palais du Luxembourg depuis 2014 (après un premier mandat de 2008 à 2011) porte en lui la stature internationale de Kohl. Mais la comparaison, face à un Emmanuel Macron affairé depuis 2016 à disloquer les partis politiques comme dans un jeu de quilles, tient au moins sur un registre: celui de la fine connaissance de la carte électorale et des baronnies locales.