Pour Le Temps, Bertrand Piccard tient, ces deux prochaines semaines,  une chronique de la COP26 à Glasgow, à laquelle il participe.

Chronique précédente: Un possible «win-win» à la COP26

Notre dossier spécial: COP26, entre espoir et pessimisme

Nous avons débarqué hier soir à Glasgow entourés de zombies et de squelettes. Comme s’il fallait renforcer l’atmosphère d’épouvante des déguisements d’Halloween dans les rues brumeuses et froides, les files d’attente pour les tests covid me donnaient l’impression que nous étions déjà dans le monde catastrophique que nous essayons désespérément d’éviter. Mais parler de l’angoisse du futur amène plus de dépression que d’action.