La majorité des internautes sont-ils des idiots? Ou Google abuse-t-il de sa position dominante en matière de recherche? La vérité se trouve sans doute entre les deux. Il y a quelques jours, la société de conseil britannique Varn publiait une étude sur les internautes britanniques. Sur les 1017 sondés, 55% reconnaissaient ne pas savoir, sur la page des résultats d’une recherche Google, quels liens sont des liens publicitaires achetés par des entreprises. La proportion dépasse allègrement les 60% pour les internautes de plus de 55 ans. Et 8,4% du total des sondés affirment savoir qu’il s’agit de publicités et cliquer sur ces liens.

Les résultats de cette étude vont dans le même sens que celle publiées en mai par l’organisme britannique Office of communications (Ofcom) britannique, qui montrait la même méconnaissance de Google de la part de nombreux internautes.

Google n’est bien sûr pas blanc comme neige. En février 2016, il modifiait l’affichage de ses publicités pour ne les présenter qu’au-dessus des résultats de recherche, avec simplement un petit logo «annonce» en vert. En vert, soit de la même la couleur que les liens de recherche plus bas… Du coup, il est très facile pour des internautes peu aguerris ou peu regardants de tomber dans le piège et de cliquer sur ces liens publicitaires, si similaires à des résultats de recherche… A terme, il n’est pas certain que cette confusion savamment entretenue profite à l’image de Google.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.