La droite vaudoise ne devra s’en prendre qu’à elle-même. Dans ce premier tour entérinant hier sa déroute dans la bataille pour le siège gouvernemental laissé vacant par Pierre-Yves Maillard, elle a subi plus qu’une défaite: c’est peut-être la guerre qui est cette fois perdue, pour des années.