Si l’armée suisse pourra compter sur 36 F-35 furtifs (6,035 milliards de francs), elle ne possède toujours pas de jet pour le Conseil fédéral capable d’atteindre l’Extrême-Orient. Ignazio Cassis en a fait l’amère expérience, le Falcon 900 confédéral (acheté en deuxième main au prince de Monaco) ayant dû faire demi-tour alors qu’il se rendait en Chine le 27 novembre dernier. En juillet, c’était Guy Parmelin qui ratait son audience chez l’empereur du Japon pour un problème de réacteur.