Le 4 mars, Emmanuel Macron s’adressait aux citoyens d’Europe dans une tribune intitulée «Pour une Renaissance européenne». Le 9 mars, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK, comme on l’appelle en Allemagne), présidente de la CDU, répondait à cet appel par un texte dont le titre français est «Faisons l’Europe comme il faut». Certains ont voulu voir dans la réplique de l’Allemande une fin de non-recevoir à une démarche française jugée arrogante. Rien n’est plus faux. La rapidité de la réponse – 5 jours – montre au contraire que l’héritière d’Angela Merkel prend très au sérieux les propositions du président français.