Opinion

Grand Genève: deux pays, un système

OPINION. Il n’existe aucune vision commune entre la France, le canton de Genève et le canton de Vaud, déplore le député genevois Bertrand Buchs à l’aune de la récente décision sur la scolarisation d’enfants genevois résidant en France. Il est temps que cela change

La récente décision de la Chambre administrative de la Cour de justice sur la scolarisation dans le canton de Genève des enfants de parents suisses vivant en France démontre avec une certaine ironie que la notion du Grand Genève n’existe que sur le papier. Le canton et ses dirigeants se moquent comme de l’an 40 de la région. A part développer des projets genevois centrés, en espérant diminuer les trafics de ces sacrés pendulaires et en glanant en passant des subventions fédérales, rien ne se passe. Aucune vision commune entre la France, le canton de Genève et le canton de Vaud sur le développement du territoire, l’implantation des zones industrielles, l’aéroport, la formation, la santé, la culture.

Lire aussi: Les élèves frontaliers ne pourront pas être scolarisés à Genève