Quelle image restera-t-il des Jeux olympiques d’hiver de Pékin? Peut-être bien celle de skieurs acrobatiques tournoyant au milieu de tours de refroidissement en béton. Le contraste est saisissant entre un sport – le ski – habituellement associé à la montagne et un tremplin adossé à une tour de refroidissement au cœur d’une friche industrielle. Le spectacle de sportifs sautant entre des cheminées évoque un film de science-fiction. L’avenir des Jeux d’hiver s’écrira-t-il dans des centres urbains? Et pourquoi pas? En termes de protection de l’environnement, ce n’est pas aussi absurde que cela pourrait en avoir l’air.