Le Conseil fédéral est amené à prendre prochainement une décision capitale touchant aux relations extérieures de la Suisse et plus précisément à l’Union européenne: la suspension des négociations avec l’UE et le rejet de l’accord-cadre du 23 novembre 2018 semblent acquis. C’est un grave échec du Conseil fédéral tout entier, qui a mené depuis 2012 une politique européenne erratique, sans savoir vraiment ce qu’il voulait et sans comprendre ce que voulait l’Union européenne. Dans un éditorial retentissant, la NZZ, naguère encore favorable à l’accord, plaide pour l’arrêt de l’exercice, tant il est évident qu’il est condamné, et s’en prend nommément aux sept membres actuels du gouvernement pour n’avoir pas su gérer le dossier européen. Le pire serait de le transmettre au parlement – ou au peuple – pour lui laisser la charge de mettre fin à ce douloureux chapitre.