Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des travailleurs rassemblés à Bellinzone lors de la grève générale de novembre 1918.
© Keystone/Str

Opinion

De la grève générale au consensus

OPINION. Il y a presque un siècle, en novembre 1918, une grève générale fit planer quelques jours durant le spectre révolutionnaire sur la neutre Helvétie. Comment cela fut-il possible et quelles en furent les conséquences? Un rappel de l’historien Olivier Meuwly

L’automne prochain, les gazettes de notre pays ne parleront que d’elle… En novembre 1918, alors que l’armistice est sur le point de faire taire les canons qui ensanglantaient l’Europe, une grève générale fit planer quelques jours durant le spectre révolutionnaire sur la neutre Helvétie. Comment cela fut-il possible et quelles en furent les conséquences?

Les mutations économiques et sociales qui accompagnent le passage du XIXe au XXe siècle ne se produisent pas dans une bienveillante harmonie. Le capitalisme, adossé à une économie déjà mondialisée et stimulé par d’importantes innovations technologiques comme l’électricité, s’emballe; la question sociale s’invite parmi les priorités politiques. Ces bouleversements n'épargnent pas la Suisse. De 1860 à 1914, on dénombre environ 2000 conflits sociaux, qui suscitent parfois l’intervention, controversée, de l’armée; le parti socialiste est fondé en 1988.

Le mythe de la grève générale ne séduit toutefois qu’une partie de la gauche. Les plus anciens sont plutôt réticents mais sa simple évocation hypnotise les classes bourgeoises: la grève générale qui surgit à Zurich en 1912 provoque un traumatisme profond et l’aile gauche du parti gagne du terrain, sous la conduite du Zurichois Robert Grimm ou de l’Allemand Willi Münzenberg.

Le Comité d’Olten

En 1914 néanmoins, les socialistes adhèrent à l’union sacrée et votent les crédits militaires. Les tensions en leur sein se multiplient cependant. Leur aile gauche se fait plus vindicative et prend langue avec ses homologues européens, adeptes d’une paix comme marchepied vers la révolution, qu’elle reçoit dans l’Oberland bernois en 1915 et en 1916. Elle profite de la misère qui étend ses ravages en Suisse à partir de 1917 et, surtout, d’un événement majeur, survenu la même année et qui a transformé en réalité le rêve révolutionnaire: l’arrivée au pouvoir des bolcheviks.

En 1918, l’Allemagne est au bord de l’effondrement. Les grèves se succèdent depuis plusieurs mois, une partie de la gauche socialiste s’est autonomisée derrière Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg et refuse les crédits militaires. La Suisse se met au diapason: un comité se fonde à Olten et prend la direction de la contestation.

Le Conseil fédéral promet la création d’une AVS et d’avancer les élections fédérales à 1919

En octobre les employés de banque se mettent en grève à Zurich. La mobilisation de la troupe, le 7 novembre, provoque un choc dans l’opinion. Face à un parti socialiste divisé, le comité d’Olten décrète la grève générale pour le 9 en même temps qu’il affiche ses revendications. Le mouvement prend de l’ampleur. Des émeutes éclatent, surtout en Suisse alémanique, et on dénombre trois morts à Granges. Tandis que le désordre menace, la droite s’organise: des gardes bourgeoises sont fondées, destinées à appuyer les forces de police en cas de besoin. La crainte, en réalité sans fondement, d’un mouvement téléguidé depuis Moscou est prégnante…

Le Conseil fédéral pose un ultimatum, auquel le comité d’Olten se soumet le 14 novembre, et lâche du lest. Il promet la création d’une AVS, discutée depuis longtemps, et d’avancer les élections fédérales à 1919, désormais au suffrage proportionnel, dont le principe a été adopté en votation en octobre. La même année a lieu le procès des leaders de la grève.

L’illusion révolutionnaire s’est dissipée

En réalité ces élections fédérales anticipées constituent un tournant pour l’histoire du mouvement ouvrier en Suisse. Certes, si les catholiques conservateurs se maintiennent, les radicaux subissent une défaite retentissante. Les socialistes sont les grands vainqueurs, avec les agrariens, apparus sur la droite des radicaux. Mais leur victoire est insuffisante pour leur faire croire à l’imminence d’une révolution sur le territoire helvétique. De plus, ils ne peuvent garder leur aile gauche, qui fondera le Parti communiste en 1921.

Et, surtout, dans la période troublée de l’après-guerre, la démocratie directe déploie ses effets apaisants. Si la Suisse connaît, comme ses voisins, des mouvements tendant vers les extrêmes, les projets marqués trop à droite ou trop à gauche sont régulièrement sanctionnés par le peuple qui, par son verdict, oblige les partis à s’asseoir autour de la même table. L’idée d’augmenter le nombre d’heures de travail hebdomadaire est rejetée, comme deux projets de loi jugés hostiles aux étrangers. De même, une initiative dite de crise, lancée par les syndicats mais jugée attentatoire à l’activité économique, sera à son tour écartée.

Pour les syndicats, le message est clair: l’illusion révolutionnaire s’est dissipée, le réformisme doit primer. Leurs démarches sont d’abord accueillies fraîchement par le patronat, mais sous, la pression du Conseil fédéral, l’industrie des machines et de l’horlogerie accepte la main tendue. Il en sortira la Paix du travail, signée en 1937. De son côté, le PS fait sien le principe de la défense nationale. Et en décembre 1943 sera élu le premier conseiller fédéral socialiste en la personne d’Ernst Nobs, un ancien chef de la grève générale de 1918.

Lire aussi l'opinion: La Suisse moderne et sociale est née avec la Grève générale de 1918!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)