Certains, angoissés, commencent à repérer les abris antiatomiques et à composer leurs réserves de guerre. La nuit, en rêve, ils entendent les bombes, m’a-t-on assuré. D’autres, plus sereins, se réjouissent de l’arrivée du printemps, tout en compatissant sincèrement à la détresse des Ukrainiens. Face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, on est tous différents, mais personne n’est indifférent.