Un état-major aveuglé par ses convictions d’un autre âge. Des divisions qui opèrent sans communiquer les unes avec les autres. Un ennemi bien plus rapide et redoutable qu’on ne le pensait. Un exode d’une partie de la population urbaine vers la campagne. Et, dans le feu de l’action, une incapacité fatidique des élites à s’unir… jusqu’à l’inéluctable défaite et à la partition de l’Hexagone.

Pardon de ces parallèles historiques, bien trop faciles en ces temps d’épidémie. La progression du Covid 19, qui a déjà causé plus de 10 000 morts en France, n’est en rien comparable avec celle des troupes nazies de mai-juin 1940, soit il y a tout juste 80 ans. Mais regardez le vocabulaire employé dans les médias, par les politiques et par les scientifiques français depuis le début de cette crise, d’emblée qualifiée de «guerre» par Emmanuel Macron. Essayez, comme moi, de comprendre pourquoi l’Etat, les régions, voire les municipalités commandent – apparemment sans se coordonner – des masques à l’autre bout du monde, quitte à se faire dépouiller de leurs cargaisons sur les tarmacs des aéroports chinois. Lisez, dans l’excellente rubrique «Check News» de Libération, le récit ahurissant des masques commandés par la région Bourgogne-Franche-Comté (frontalière de la Suisse) que le gouvernement a décidé de réquisitionner. «Avant même que l’avion arrive, l’armée était sur place. L’Etat a pris ses masques, on ne savait pas lesquels, ni combien. […] De nouveau, on a vu passer nos masques sous le nez. Cela sans aucune concertation, ni information», s’indigne la présidente de la région.

La résistance du système

Tentez aussi, comme je le fais depuis des jours, de comprendre qui centralise, au niveau national en France, les achats de ces équipements décisifs. Et qui, sur le terrain, opère ces commandes… Vous me direz alors si, comme c’est le cas pour moi, cette impression de «débâcle» ne finit pas tout de même par s’imposer… La vérité est que la France offre, ces jours-ci, une réalité contradictoire. Sur le front sanitaire et médical, comme ailleurs en Europe, le dévouement de son personnel soignant et de ceux qui l’accompagnent (administration, mais aussi élus, hauts fonctionnaires, pharmaciens…) est admirable. La résistance du système de santé, mise à l’épreuve par le virus, témoigne du dévouement de toutes ces catégories, tout en révélant l’ampleur des erreurs commises dans le passé dans la gestion et la restructuration des hôpitaux.

L’inefficacité présumée de l’administration centrale nourrit l’ire des collectivités locales

Mais que dire des autres fronts? Les polémiques s’ensuivent et se ressemblent. L’hydroxyde de chloroquine est devenue un anathème qui justifie l'excommunication. La surveillance policière, de plus en plus étroite compte tenu de la prolifération des comportements problématiques en période de confinement, vire à la pluie d’amendes. Avec, pour chacun, son bouc émissaire: les confinés indociles sont accusés publiquement par le préfet de police de Paris de submerger les services de réanimation, l’inefficacité présumée de l’administration centrale nourrit l’ire des collectivités locales. Chacun y va de son procès et de ses listes noires.

Le poison des règlements de comptes

Le pire est que, pendant ce temps, quantité d’énergies se perdent. Des intermédiaires français fiables basés en Chine ou à Taïwan ne comprennent pas pourquoi leurs propositions d’aide et d’assistance sont refoulées sans réponse au seuil des ambassades et de l’agence Santé Publique France, tandis que d’autres pays – comme l’Allemagne ou la Suède – font dans l’urgence appel à eux. Des initiatives privées fleurissent, comme celle de Masks4France qui propose de soutenir les soignants et le secteur – aussi exposé que démuni – de la protection à l’enfance. Combien sommes-nous à être ainsi déboussolés, inquiets et ahuris devant cette incapacité à présenter face au Covid-19 un front commun, transparent, pragmatique, où l’esprit critique et la confiance demeureraient sans alimenter le poison des divisions et des règlements de comptes? L’historien Marc Bloch disséqua, dans un manuscrit écrit sous l’occupation et publié en 1946, le venin de l'«étrange défaite» de son pays. Cette guerre française contre l’épidémie, 80 ans plus tard, est, elle aussi, sacrément «étrange».


Chroniques précédentes: