Le covid a boosté l’audience médiatique, la guerre en Ukraine fait de même. Depuis jeudi dernier, les sites des journaux et des médias électroniques affichent un taux record de fréquentation. C’est normal. On veut tous comprendre ce qui se passe dans ce pays agressé et dans la tête de Poutine, qui invoque son combat contre l’OTAN comme d’autres invoquent leur haine de Satan. On veut tous compatir aussi avec une population aux portes de l’Europe qui, menacée, doit prendre la route, tout quitter.