Les Guignols de l’info, l’une des émissions satiriques les plus emblématiques de la télévision française, diffusée depuis 1988 sur Canal +, pourraient dire «a tchao bonsoir» définitivement, lit-on dans Le Parisien. Ils risquent en effet de disparaître de l’écran TV à la rentrée. Vincent Bolloré, propriétaire de la chaîne et nouvel homme fort de Vivendi, «aurait décidé de l’arrêt des marionnettes». Les Guignols de l’info ne rigolent donc plus, «ils appellent à l’aide». «La rumeur a été confirmée par un des auteurs des marionnettes, Benjamin Morgaine, sur Twitter» qui, depuis, hurle:

Du coup, les professionnels de la profession et tout ce que la France compte de personnalités et d’anonymes fans se mobilisent après ce que Le Télégramme de Morlaix qualifie de «coup de tonnerre»:

On ne sait pas si cela a un rapport, mais la nouvelle survient deux jours après la mort à l’âge de 68 ans d’Alain de Greef, l’ancien numéro deux de Canal + et inventeur des Guignols. Or ses enfants «ont beaucoup de succès auprès du grand public», regrettent les Inrocks. Diffusés en clair, ils «gardent une courbe d’audience solide. Les faire disparaître des écrans serait un risque évident pris par le patron de Vivendi», écrit Le Figaro, tandis que Le Soir de Bruxelles parle de «sacrifice». Et Radio Monaco de «placard».

Et Moustique? D’«assassinat» et de «cynisme implacable»: «Ce serait un choc pour plusieurs générations de téléspectateurs et d’internautes. […] Les Guignols, même si leurs plus belles années semblaient irrémédiablement derrière eux, restent une véritable institution, un roc quotidien qui permet autant de prendre connaissance de l’information du moment que de s’en moquer.»

«Ni Vivendi ni Canal + ne font de commentaire», a déclaré à l’Agence France-Presse un responsable du groupe Bolloré. Le patron «réunira les actionnaires du groupe vendredi 3 juillet pour entériner la décision», écrit pour sa part Metronews, qui cite une source «proche de l’équipe des auteurs». Selon ce site, «le capitaine d’industrie n’appréciait que très moyennement le programme». Ce n’était en effet plus un secret pour personne.

Mais les informations sont contradictoires, preuve du flou artistique sur l’avenir. Selon le site Puremedias, Vincent Bolloré envisagerait de faire passer l’émission à un rythme hebdomadaire. «Interrogé récemment à propos de «l’esprit Canal» sur France Inter, [il] avait déploré l’abus «de dérision» de la chaîne, regrettant une tendance à se «moquer des autres», un message à peine voilé adressé à l’émission phare de la chaîne cryptée.» Une pétition déjà signée par plus de 13 000 personnes circule d’ailleurs depuis «mercredi soir sur les réseaux sociaux pour protester contre la disparition du programme, tandis que le hashtag #touchepasauxguignols figur[e] parmi les sujets les plus commentés sur Twitter».

Parodie de journal télévisé présentée par une caricature du journaliste Patrick Poivre d’Arvor, l’émission brocarde depuis près de trente ans tout ce que le monde politique, des médias ou du show-business compte de personnalités, en forçant le trait à outrance. Diffusée du lundi au vendredi, en clair et en public, sept minutes juste au moment des journaux télévisés, et avec un résumé hebdomadaire le dimanche, l’émission a de nombreux inconditionnels.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.