C’est l’un des objets de votation les plus singuliers de ces dernières années. Le 9 février, les Suisses seront appelés à trancher la question suivante: discriminer les homosexuels est-il, oui ou non, toujours acceptable? Les évangélistes du comité référendaire – désormais épaulés par l’UDC – se défendent bien sûr de cette interprétation: il s’agirait uniquement de «protéger le droit d’exprimer des opinions qui ne plaisent pas à tout le monde» et de «s’opposer à une loi qui menace la liberté d’expression».

Lire aussi l'article lié: Appel aux urnes contre l’appel à la haine