Le 7 février 1986 à l'aube, l'ineffable «Baby Doc» quittait piteusement Haïti dans un gros-porteur de l'armée de l'air américaine. Le fils raté du terrible Papa Doc abandonnait un pays exsangue mais qui fêta carnaval comme jamais. Dix-huit ans après presque jour pour jour, le scénario pourrait bien se répéter, l'histoire repasser les plats. Mais à une grande différence près: Jean-Bertrand Aristide, le président qui s'accroche aujourd'hui au pouvoir, n'est plus qu'un «clone» tragique de ses sinistres prédécesseurs, dont les «chimères» ont remplacé les cruels «tontons macoutes». Car «Titid» a trahi les espoirs que tout un peuple avait placés en lui, petit prêtre alors à l'écoute des bidonvilles et des campagnes arides.

En dix-huit ans, rien n'a changé en Haïti, ou plutôt tout s'est compliqué. Si la misère est toujours la même, la violence toujours quotidienne, les fronts sont plus flous, les intérêts – souvent contradictoires – des forces en présence plus imbriqués. Avec ces questions encore sans réponses que posent ces «milices» révolutionnaires, hier fidèles d'Aristide et aujourd'hui prêtes à lui faire la peau; ces gangs de trafiquants de drogue et de contrebandiers qui font le coup de feu; cette opposition politique au discours ambigu, ce monde des affaires qui souhaite un changement de régime parce que le «business» va mal.

Pauvre parmi les pauvres, la petite et fière république noire souffre d'un mal profond que deux cents ans d'indépendance n'ont pas réussi à soigner: sa classe dirigeante n'a jamais manifesté la moindre velléité de réforme, le moindre souci de l'intérêt commun, leur préférant ses prébendes et ses petits commerces.

A quelques encablures de Cuba, et donc de la Floride, Haïti a longtemps été maintenu dans un no man's land économique et politique. Il est urgent que la communauté internationale lui prête quelque attention. Avant qu'il ne soit trop tard.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.