«Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console», disait Talleyrand. Il est vrai que si l’on s’arrête à l’année que nous sommes en train de clore, il y a de quoi se lamenter. Au contraire, en se retournant sur d’autres périodes pas si lointaines et en comparant les situations, il convient de relativiser et surtout de reprendre courage, car elles offrent de beaux exemples de résilience.

Il y a cent ans, l’Europe se remettait d’une guerre horrible qui avait fait plus de 18 millions de morts et endeuillé presque chaque famille. Pourtant, ce fut le début d’une phase d’euphorie nommée les Années folles et d’un boom économique sans précédent. Une fois délivrées de l’affliction, même la plus profonde, les sociétés humaines se libèrent et recommencent à entreprendre et à créer. Dans ces temps difficiles, c’est encourageant!