Catastrophe naturelle

A Hawaï, des têtes brûlées défient le grand volcan Kilauea

L’éruption d’un volcan dans le sud-est de l’archipel provoque de terribles dégâts. La lave a détruit une trentaine de maisons. Fascinés, des curieux postent des vidéos de la roche en fusion sur les réseaux sociaux. Un groupe Facebook a également vu le jour pour informer les habitants

Une coulée de lave progresse lentement et engloutit tout sur son passage. Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo montre cette roche en fusion qui dévore une voiture parquée au bord d’une route déserte. Les images témoignent de la violence de l’éruption du volcan Kilauea, à Hawaï. La coulée de lave s’est étendue sur une surface de près de 36 000 mètres carrés autour de la fissure la plus active.

Lire aussi:  Des milliers d'Hawaïens sont évacués face à la menace d'un volcan

Si ce volcan est un des plus actifs du monde, il est plutôt inhabituel qu’il se mette à cracher près des habitations. Les dégâts sont considérables. Plus de 1700 personnes ont dû fuir la zone, et une trentaine de maisons ont été brûlées depuis jeudi dernier. «C’est à fendre le cœur», a confié Janet Snyder, porte-parole du comté d’Hawaï.

Des émanations toxiques

Selon un scénario optimiste, les victimes de la catastrophe naturelle pourraient retourner dans leurs logis épargnés dans une semaine ou deux. Mais rien n’est moins sûr. L’évacuation pourrait durer encore longtemps. Le volcan est en pleine activité, et une dizaine de fissures sont récemment apparues suite à des séismes. Résultat: des émanations toxiques s’échappent de ces lézardes.

Sur Twitter, la NASA a publié une image du satellite Terra, sur laquelle on devine les panaches de dioxyde de soufre. «Les éruptions peuvent avoir un effet dramatique sur la vie des gens, explique Erik Klemetti, un volcanologue américain interrogé par The Atlantic. Si vous êtes déplacé suite à une coulée de lave, vous risquez d’être déplacé de façon permanente.» L’archipel américain est réputé pour ses résidences luxueuses, mais la partie touchée par l’éruption est surtout peuplée de gens qui ont de faibles revenus. «Je prie pour les personnes victimes de cette terrible catastrophe», tweete @iamchica.

«Mauvaise brûlure»

Si l’agence spatiale américaine se contente d’une vue depuis l’espace, des habitants s’approchent au plus près de la roche en fusion. Leurs vidéos spectaculaires font le bonheur de certains internautes. Quand d’autres font part de leur vive inquiétude. «On y voit des rivières de lave. Les cendres, de couleur rosée, peuvent être projetées lors des éruptions jusqu’à 100 mètres dans les airs», souligne @AmarieDussault sur Twitter. Mais ces curieux se mettent-ils en danger pour satisfaire leur communauté en ligne? La question est posée par le site d’information Motherboard.

«La lave bouge, mais elle bouge relativement lentement, donc ce n’est pas comme si vous alliez vous faire engloutir rapidement», rassure Erik Klemetti, très sollicité par les médias américains. La chaleur intense dégagée par la lave – environ 1000 ºC – force par ailleurs les têtes brûlées à prendre leurs distances. Et pour les moins chanceux qui seraient éclaboussés par une gouttelette, ils devraient probablement souffrir d’une «très mauvaise brûlure».

Force de la nature

Un danger qui ne refroidit pas les touristes. Un tour-opérateur à Hawaï reçoit une quantité d’appels et de messages de visiteurs qui veulent s’approcher de la lave, raconte le New York Times. Mais, pour l’instant, l’activité est stoppée. «A ce stade, nos efforts sont tous destinés à aider la communauté qui subit des pertes», explique le patron de l’entreprise, John Tarson. Selon lui, l’éruption rappelle aux humains qu’ils vivent sur la croûte d’une planète composée de roche en fusion. Une force incontrôlable et qui rend humble. Selon la mythologie locale, la Grande Ile est la résidence de Pélé, la déesse du feu. Cette divinité est également surnommée «la femme qui dévore la terre», lorsque la lave détruit la nature environnante.

La communauté locale se serre les coudes face à cette force destructrice. Fort de près de 6000 membres, le groupe Facebook «Hawaii Tracker» recense les images prises par les résidents de l’île ces derniers jours. Une manière de s’informer, de s’organiser et de se rassurer, comme l’explique Ryan Finley, l’administrateur du groupe dans un long message: «Je veux juste vous remercier tous d’avoir fait de ce groupe un espace incroyable. Vous partagez une énorme quantité d’informations utiles, d’images et de vidéos, mais surtout, une vague d’amour et de soutien. J’ai vu beaucoup de compassion et de gentillesse à l’égard de ceux qui sont touchés par cette éruption.»


Lire également: Kaua’i, archipel d'Hawaii, l’île empoisonnée aux pesticides

Publicité