«Hélas, Madame, il faut vous en aller!» Alors que la justice genevoise vient d’acquitter l’ex-conseiller d’Etat Pierre Maudet, comment ne pas se remémorer la dernière phrase de l’éditorial du regretté rédacteur en chef de La Liberté, François Gross, en décembre 1988, concluant à la faute politique d’Elisabeth Kopp, alors ministre de la Justice, et à la rupture de confiance au sein du Conseil fédéral. Bien que sa responsabilité pénale fût loin d’être établie quant au coup de fil pour alerter son mari, Hans Kopp, de l’enquête ouverte contre une des sociétés dont il était administrateur, Shakarchi Trading. L’élue fédérale annonçait quelques jours plus tard sa démission pour le début de l’année suivante. Toute comme Pierre Maudet, Elisabeth Kopp devait être blanchie de l’accusation de violation du secret de fonction en 1990 par la Cour pénale du Tribunal fédéral.