Succession

Les héritiers spoliés de Johnny Hallyday allument le feu

La fille du chanteur défunt conteste le testament de son père, qui ne lui lègue rien – «pas une moto, pas une guitare» – mais laisse tout son patrimoine à sa dernière femme. Famille Laura contre famille Laeticia: chacun choisit son camp

«J’ai appris il y a quelques jours que tu aurais rédigé un testament qui nous déshériterait complètement, David et moi […] J’aurais préféré que cela reste en famille» […] mais j’ai choisi de me battre… Papa je t’aime.» Il faut lire les torrents de commentaires qui s’abattent sur Twitter depuis la publication de la lettre posthume à son père de Laura Smet lundi matin pour sentir combien la famille Halliday fait partie de notre histoire, avec ses jalousies, ses drames, ses trahisons.

Rien de ce qui touche à Johnny ne nous est étranger. Même mort, le chanteur continue de concentrer les espoirs, les joies et les tourments d’une certaine âme française, et cette affaire d’enfants déshérités n’est finalement que le dernier épisode attendu d’un feuilleton amoureux et familial suivi en direct pendant cinquante ans par 40, 50 puis 60 millions de Français. «Le jour des obsèques, nous étions plusieurs à prévoir le pugilat sur l’héritage. La TIA TIA est moins candide que son profil laisse paraître», rappelle ainsi doctement un certain Borowitz

Lire aussi: Déshérités, David Hallyday et Laura Smet s’opposent au testament de Johnny

D’ailleurs, nombre d’internautes s’adressent directement à Laura, à son frère David – qui se joint à sa plainte – et à sa dernière épouse, Laeticia. «Battez-vous, Laura et David, vos droits sont légitimes», s’écrie Marie-Ange. «@laura_smet de tout cœur avec toi et David… ça ne ressemble pas à ton père», renchérit Pascal. Hallyday, trésor national si familier: «J’ai jamais apprécié Laetitia, ça confirme ce que je pensais d’elle», écrit @EasyLife03.

Très minoritaires sur le Web, des partisans de Laeticia se font aussi entendre: «Je suis choqué du: «J’aurais préféré que ça reste dans la famille.» Comment peut-on considérer que @LHallyday, la femme qui a sauvé Johnny Hallyday et qui a grandement participé à son excellente fin de carrière et qui a été sa femme durant vingt-trois ans, ne soit pas la famille?» dénonce un certain John.

«La famille, le plus précieux des cadeaux»

Tous les internautes experts conjugaux, quand le chanteur était encore en vie, se sont instantanément transformés en experts juridiques. «La première question à se poser est celle de la loi applicable à la succession. Conformément au nouveau règlement européen, il s’agit de la loi de la résidence habituelle du défunt au moment de son décès», croit savoir Rose Sirine. «En France c’est interdit de déshériter ses enfants. Ok, Johnny Hallyday avait rédigé son testament aux Etats-Unis. Mais c’est pas très honnête de se servir des lois américaines quand on a bâti son héritage en France», estime NaadaTr. «Honnêtement je comprends Laura Smet: t’as une belle-mère qui inonde Instagram de photos légendées «la famille le plus précieux des cadeaux» et qui récupère toute la thune. Je serais chafouin», écrit l’avocate Ganette.

Vol de corbeaux et aléas des familles recomposées: l’affaire va-t-elle abîmer l’image du chanteur? «C’est lui qui a rédigé le testament et déshérité ses enfants, donc c’est lui qu’il faut blâmer, juge Mimilasouris. Quelle image il leur laisse de leur père? J’espère que cela va enfin faire tomber l’idolâtrie autour de lui.» «Je suis profondément triste et pour la première fois de ma vie déçue par celui qui à mes yeux était un exemple de vie», regrette aussi Miss13. D’autres commentaires sont plus tranchants: «Johnny le mec minable dans la vie comme dans la mort. Fuir la France pour ne pas payer d’impôts, tout en faisant sa fortune sur le dos de la classe populaire française, et maintenant déshériter ses propres enfants…» insiste @Bulle2bain. Mânes de Mauriac ou de Chabrol, levez-vous.

Publicité