La ville portuaire, qui fut un jour promise à une large autonomie économique et administrative jusqu’en 2047, basée sur le principe «un pays, deux systèmes», à la corde au cou. La résistance de la frange libérale de la population hongkongaise contre la mainmise grandissante de Pékin a résulté en une accélération du déclin des libertés démocratiques. Se débattre contre le nœud coulant du Parti communiste chinois paraît dès lors suicidaire. A ce rythme, les derniers vestiges de la démocratie dans le «port parfumé» auront disparu bien avant 2047.