La voiture électrique pourrait être ce que l’ampoule économique fut à l’éclairage: une transition vers un système plus performant. La polluante ampoule à mercure a laissé sa place à la LED. Sur le même modèle, la mobilité électrique et le stockage sur batteries, dont le capital sympathie augmente, pourraient laisser leur place à l’hydrogène. Alors que le marché mondial commercialise plus de 80 millions de nouvelles voitures par année, même si la planète était retournée sens dessus dessous pour extraire des matières premières nécessaires aux batteries, il ne serait possible d’en construire que 20 à 30%. L’émergence de la mobilité électrique ne repose pas sur des considérations environnementales.

Lire aussi: La Suisse, pionnière de l’hydrogène