Dans sa salle de bains, alors qu'il peine à sectionner les millions de poils apparus durant la nuit sur ses joues aristocratiques, le baron Bich a une idée géniale. Il suffirait de ne produire qu'une demi-lame de rasoir pour pouvoir lui ajouter un manche en plastique, grâce à l'économie réalisée sur la confection de l'autre moitié de la lame. Déjà célèbre depuis la sortie en 1950 de son stylo BIC® Cristal et le succès de son briquet jetable, en vente depuis 1973, le baron sait le potentiel des produits jetables. Il lance en 1975 le premier rasoir «non rechargeable». En 1979 sort le plus connu, le BIC Classique orange, pour peaux sensibles. Il faudra attendre 1988 pour assister à l'arrivée du plus design, du plus chic: le BIC Metal, avec barre de protection en aluminium. Un délice, trop peu connu des joues délicates. En 1994, le bilame jetable fait son apparition. En 1998, on lui ajoute une heureuse bande lubrifiante. 2003 signe l'arrivée du rasoir trois lames jetable… La fuite en avant du marché déborde l'idée d'économie originelle.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.