Au milieu des années 1980, lorsque le Musée de l’Elysée décide de se consacrer uniquement à la photographie, celle-ci n’est pas encore reconnue comme un art majeur, elle est toujours considérée comme bien en deçà de la peinture. L’institution lausannoise a récemment changé de nom, elle s’appelle désormais Photo Elysée, et les images sont partout. Les grands musées exposent et collectionnent la photographie, on célèbre les photojournalistes au même titre que les artistes, et certains tirages se vendent pour plusieurs millions.

Lire aussi: Martin Parr et Marina Abramovic au menu d’Images Vevey

En 1970, en accueillant la première édition des Rencontres de la photographie, la ville d’Arles faisait œuvre de pionnière. Au fil des ans, le festival passera alors de l’entre-soi pour accueillir en marge des passionnés éclairés un public de plus en plus large. Aujourd’hui, les expositions en plein air sont légion. Il est presque impossible d’arpenter une grande ville sans découvrir, au hasard de panneaux d’affichage, de bâches ou d’installations éphémères, de la photographie. Sur les rives du Léman, la biennale Images Vevey est désormais un rendez-vous incontournable, la plus importante manifestation du genre d’un pays qui, des Journées photographiques de Bienne à Alt.+1000 dans les Montagnes neuchâteloises, en compte de nombreuses.

Lire aussi: Les magnifiques obsessions de Matthias Brunner

Le rendez-vous lémanique, qui s’est fait une spécialité d’entièrement produire la plupart des expositions qu’il propose, en réfléchissant pour chaque projet à la meilleure manière de le mettre en valeur, a en une quinzaine d’années fait beaucoup pour démocratiser encore un peu plus le 8e art. Entièrement gratuit, il jongle tous les deux ans entre des propositions artistiques, documentaires et ludiques, touchant lui aussi un large public. Les images sont omniprésentes, des réseaux sociaux leur sont même entièrement dédiés. Mais trop souvent, on les voit, on les subit même, sans chercher à les comprendre. A Vevey, on regarde, on admire, on analyse, on cherche à comprendre. On prend le temps du recul, du pas de côté. Cette année, on le fera avec Marina Abramovic, Teju Cole, Bettina Rheims, Thomas Struth, Martin Parr ou encore Shirana Shahbazi, quelques noms parmi tant d’autres.


«Together. La vie ensemble», Images Vevey 2022, jusqu’au 27 septembre. Entrée libre.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.