Votations

Les initiatives agricoles à la peine

Selon un sondage de la SSR, les deux textes soumis au vote le 23 septembre ont perdu 25% de leurs soutiens en un mois. Réveil salutaire ou occasion manquée? Les internautes hésitent

Parties comme des boulets de canon, les deux initiatives agricoles sont en chute libre. Selon un sondage de la SSR réalisé par l’institut gfs.bern, les textes soumis au vote le 23 septembre auraient perdu 25% de leurs soutiens en un mois. Celui des Verts «Pour des aliments équitables» ne recueillerait plus aujourd’hui que 43% d’avis favorables, celui du syndicat paysan Uniterre «Pour la souveraineté alimentaire» 39%. Comment expliquer cette dégringolade?

Le sondage, effectué auprès d’un échantillon représentatif de 1400 personnes, illustre également des disparités linguistiques. Sur l’initiative «Fair Food», la Suisse romande continue de pencher vers le camp du oui pour (71% contre 26% de non), tandis que la Suisse alémanique et le Tessin sont partagés à parts quasiment égales. A dix jours du vote, la marge d’erreur reste de plus ou moins 2,7%.

Lire aussi: L’approbation des initiatives agricoles est en chute libre

Milieu agricole divisé

Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. «C’est un choix de société à faire entre continuer à donner la mainmise sur notre alimentation aux dix entreprises alimentaires mondiales ou revenir à une alimentation plus saine, durable et souveraine», déplore sur Facebook une internaute visiblement mécontente de la tournure des événements.

Sur Twitter, @ymbaechler salue au contraire le «réveil des consommateurs-citoyens qui ne veulent pas se faire «hara-kiri» par des paysans suisses surprotégés qui les grugeront». Au milieu du gué, un internaute prône le pragmatisme: «Au lieu de lire les arguments politiques, allez directement demander au paysan du coin ce qu’il en pense. Après tout, ils savent mieux que nous ce que cela impliquera pour eux.» Problème: le milieu agricole est lui-même divisé sur le sujet.

«Le diable se cache dans les détails» 

Un départ en trombe puis un enthousiasme qui s’étiole, nombre d’initiatives populaires ont connu cette déconvenue. «C’est classique, confirme Philippe Nantermod, conseiller national PLR. Au départ, on ne parle que du titre et du «message» véhiculé. Or, le diable se cache dans les détails et le peuple réalise petit à petit que ces initiatives apportent beaucoup plus de problèmes que de solutions.»

Lire aussi: L’agriculture de proximité foisonne en Suisse romande

A ses yeux, différents arguments ont pu faire fléchir les votants: l’argument financier [les opposants évoquent une hausse des prix des denrées en cas de oui], le rejet d’une «agriculture trop planificatrice qui décide ce que l’on doit manger et comment on le produit», mais aussi la crainte de «violer les accords de libre-échange qui assurent la prospérité de la Suisse».

«Nos adversaires déforment le contenu de l'initiative»

Du côté des partisans, on accuse le choc. «La campagne de nos adversaires, qui déforment le contenu de l’initiative et ont été, en Suisse romande, jusqu’à s’en référer à la FRC, alors qu’elle soutient notre texte, fait malheureusement son effet», déplore la conseillère nationale verte Adèle Thorens.

«Nos opposants prétendent que notre initiative veut imposer les normes suisses aux importations ou obliger les consommateurs à n’acheter que du bio, c’est faux!» Elle juge l’argument du prix erroné: «Notre texte veut au contraire rendre les produits durables plus attractifs, puisqu’ils seront mieux valorisés et soutenus.»

Risque de péjoration?

Que comptent faire les Verts pour renverser la tendance? Continuer à marteler le «véritable objectif» de l’initiative, qui est de «renforcer la transparence et encourager les produits issus de modes de production équitables, respectueux des animaux et de l’environnement».

D’autant que, toujours selon Adèle Thorens, la situation risque de se péjorer à l’avenir. «Des accords comme celui avec la Malaisie ou Mercosur vont ouvrir plus encore nos frontières à de l’huile de palme issue de la déforestation et à de la viande produite dans de gigantesques élevages industriels. Est-ce vraiment ce que nous voulons dans nos assiettes?»

Publicité