Bien sûr que l’initiative contre les entreprises prétendument irresponsables est néocoloniale. Les contorsions des initiants n’y changeront rien. Et ils feraient mieux de l’assumer pleinement, ma foi. Le texte vise à faire appliquer une échelle de valeurs, la nôtre, urbi et orbi. Cette échelle de valeurs à laquelle j’adhère, mais qui n’implique pourtant pas nécessairement de vouloir l’imposer sur cinq continents par la force de nos tribunaux.

Lire aussi: tous les articles du «Temps» consacrés à l’initiative populaire «Entreprises responsables – pour protéger l’être humain» soumise au peuple suisse le 29 novembre prochain