Je ne suis pas un instragrameur compulsif. Ce n’est pas que je sois réticent aux réseaux sociaux, et encore moins à cette application dédiée à l’art photographique, mais, plus prosaïquement, je ne pense pas à dégainer mon téléphone intelligent, qui se trouve plus souvent au fond d’un sac que dans ma main. Cet été, j’ai posté une quinzaine d’images, guère plus. On peut y voir un oiseau, une pleine lune, des musiciens en plein air et beaucoup de paysages: Interlaken, la Jungfrau, Lauterbrunnen, Locarno, le col du Simplon…