A quoi peuvent bien servir les intellectuels en période de guerre, lorsque le flux incessant des paroles donne la furieuse impression que tout a déjà été dit ou, pire, que leur effet de saturation désoriente encore un peu plus les esprits? En voici deux exemples, éloignés dans le temps, mais beaucoup moins pour les questions auxquelles ils se frottent.