Un Indien reste un Indien. Une ferme, une ferme. Il y a un côté rassurant avec ces petites figurines allemandes. Elles sont immuables. Indémodables? Ont-elles déjà été branchées? Sans doute pas. Et pour autant, les Playmobil affrontent tout. Les histoires les plus folles, les bains, à répétition. Le sable, la boue. Ils sont increvables. Est-ce pour cela que je les aime autant? Parce qu’ils peuvent tout endurer? Même vingt-cinq ans enfermés dans une boîte à chaussures, conservés dans une chambre qui a autrefois accueilli une petite fille? Oui, il doit y avoir un peu de cela.

Lire aussi: Les médias versent une larme nostalgique après la mort du père des Playmobil