Opinion

Islam: apostasie et autres joyeusetés

Alors que notre Constitution pose la liberté de croyance, l’apostasie est un crime odieux dans le droit musulman. Jusque chez nous, les châtiments qu’il propose sont défendus par des intervenants, ce qui choque notre chroniqueuse, Marie-Hélène Miauton.

L’apostasie, abandon volontaire et public d’une doctrine, d’une croyance ou d’une religion, ne mériterait pas qu’on s’y arrête tant il tombe sous le sens que chacun peut penser et croire ce qu’il veut, et changer d’avis également. Pourtant, la communauté musulmane ne voit pas les choses de la même façon. Gottfried Locher, président de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse et membre du Conseil suisse des religions, admettait publiquement en 2015 qu’il était difficile de sortir de l’islam: «On doit pouvoir quitter librement sa religion en Suisse et il faudra trouver une position commune avec les musulmans.» Jusqu’ici, aucune annonce de position commune n’a été publiée…

Que la condamnation des apostats soit encore sujette à la peine de mort dans de nombreux pays musulmans, ou condamnable pénalement dans plusieurs autres (ils y encourent la dissolution de leur mariage, l’enlèvement de leurs enfants et la privation du droit de succession), c’est déplorable mais ce sont leurs affaires. En revanche, que de telles condamnations soient reprises sous nos cieux, et peu ou prou appliquées à des musulmanes et musulmans résidant en Suisse, c’est inacceptable. C’est pourtant le cas!