Quel événement est en train de chahuter la Turquie, la Libye, Chypre, la Grèce, Israël, l’Egypte, l’Allemagne, l’Italie, l’Europe et la Russie? Un indice: «La malédiction ne plane pas seulement sur le pétrole. Posséder ou dépendre du gaz peut parfaitement faire l’affaire.» La réponse ouvre la porte sur une rocambolesque situation géopolitique que vient de créer l’exploitation du gisement gazier de Léviathan par Israël.

La Méditerranée a offert un cadeau empoisonné à l’Etat hébreu sous la forme d’un gisement gazier d’une capacité de 9,5 milliards de mètres cubes par an. En plus de satisfaire à sa consommation interne, ce gisement va permettre à Tel-Aviv d’exporter les excédents à l’Egypte, à la Jordanie, à la Grèce et à l’Europe. Pour ce faire, Israël s’est associé à Chypre. L’île exploite déjà un gisement gazier dans ses eaux territoriales. Avec la Grèce, les trois pays ont planifié la construction du gazoduc Eastern Med.